Rencontre avec Christine & The Queens

CHRISTINE-THE-QUEENS

Christine & The Queens, crée en mars 2010, vite propulsé dans le peloton de tête du CQFD des inRocks, c’est un univers, une seule artiste sur scène. Vêtue d’un smoking, revenant de Londres, reine de son univers, armé de son ordinateur. Acclamé d’année en année par les médias (Les Inrockuptibles, Métro, 20 Minutes, Noomiz…), la jeune artiste à déjà de l’expérience sur scène, sortie du conservatoire d’art dramatique de Lyon, elle a déjà foulée la scène de salles prestigieuses comme La Cigale ou Le Trianon à Paris. Fascination pour la musique, le théâtre, le cinéma et les drags Queens, Christine est une artiste à part. Un univers mélodique, électro, unique, étrange et tout aussi fascinant. C’est avec gentillesse qu’elle a prit le temps de répondre à quelques petites questions :

  •  Bonjour Christine & The Queens, tout d’abord bonne année, comment c’est terminé 2012 pour toi ?

L’année se termine en pleine période de travail et d’ébullition créative ; je travaille sur un EP qui sortira en mars prochain, si
les délais sont bons…

  • Peu-tu te présenter un peu, raconter un peu ton histoire, d’où provient ce nom « Christine and The Queens ?

Je réponds à ces deux questions en même temps, car elles sont liées.
Alors que je me destinais à être metteur en scène (j’étais au conservatoire et à l’école normale en études théâtrales), j’ai traversé
il y a trois ans une intense période de doute qui m’a poussée à aller à Londres (ville que je connais bien) pour y traîner, le soir, toute
seule. Je ne sais pas vraiment pourquoi j’écumais les clubs et les salles de concert là-bas, je pense que j’étais à la recherche de quelque
chose de nouveau. J’ai commencé à aller tous les soirs voir un numéro de travestis londoniens qui, au lieu de faire du playback, jouaient
de vrais instruments sur scène. Ca a été un choc esthétique et émotionnel : j’avais la sensation d’être à ma place et de comprendre parfaitement
ce langage.

Elles sont venues me parler à la fin d’un de leurs concerts, et on a passé beaucoup de temps ensemble.
Quand je suis revenue en France, je m’étais trouvé un nom de scène (Christine) et le personnage qui allait avec ; j’ai décidé de rajouter « and the 
Queens » en hommage à cette rencontre qui a été le point de départ du projet.

  • Quelles sont tes influences musicales ?

Lou Reed, Nick Cave, Fever Ray, Michael Jackson, Vivaldi, Björk, Klaus Nomi, Jean-Louis Murat, Peaches, George Benson, Joe Jackson, Sparklehorse, Lykke Li, Animal Collective. 

  • Tu as beaucoup de talent pour les dessins aussi, y’a t-il un rapport avec ton univers musical ?

Oui absolument. Ils aident à ce que Christine reste entourée de ses Queens, et ils proposent une esthétique qui me sert ensuite pour mes concerts. L’univers de Christine & The Queens est noir et blanc, parfois cartoonesque. Les dessins peuvent aussi retranscrire des cauchemars passés. Je ne peu envisager une musique ou un personnage sans l’accompagner d’un dessin ou d’une vidéo.

  •  Tu t’es beaucoup fais connaître cette année, notamment dans un passage sur taratata, mais aussi dans les festivals comme les Francofolies, qu’est ce que tu garderas comme souvenir de cette année ?

Cette année a vraiment été importante pour moi car elle a été parsemée de rendez-vous importants et de belles opportunités (festivals, passages télé)…j’ai vraiment eu la sensation que le projet commençait à résonner auprès du public et des médias, même si j’en suis encore à une phase de développement. C’est aussi cette année que je me suis entourée d’une manageuse, d’un label, d’un tourneur…c’est émouvant d’emporter une équipe avec soi dans un imaginaire que tu as construit seule.

  • Quels seront tes projets pour cette année ?

Je compose donc activement pour un Ep qui sortira bientôt, avec clip à l’appui, et puis dans la foulée je m’attellerai à la composition de mon album, qui si tout va bien sortira en septembre. Je reprendrais aussi les concerts dès le mois de mars, et heureusement, car j’adore tourner.

  •  Tu compose tes chansons seule au piano, comment tu décrirais ton style musicale ? Ta façon d’écrire ?

Comme je compose et j’écris seule, il n’y a aucune règle, et c’est ce que j’adore. Si une phrase me vient, je peux me mettre à mon clavier et broder autour ; si une ligne mélodique ne me quitte pas, je n’ai qu’à la dérouler. Pas d’horaires, pas de pause s’il le faut ; je travaille chez moi avec un clavier, un micro et mon ordinateur.

Je définirais mon style musical comme de la pop : c’est évidemment très large, mais cela m’arrange, car je déteste mettre des limites ou étiqueter trop vite une musique.

Avec le temps, j’aimerais composer en plusieurs langues, avec ou sans instruments acoustiques, et j’écoute de mon côté toutes sortes de musiques, contemporaines ou classiques.

Tout ce qui m’émeut fait partie de mes références. Je compose depuis trois ans à peine, c’est très peu, et j’ai la sensation qu’il me reste encore beaucoup de choses à expérimenter et à découvrir….
D’ailleurs, mes premières chansons étaient exclusivement en anglais, puis j’ai commencé à écrire en français…le métissage me plaît beaucoup, je ne compte pas m’arrêter là.

  • On ta déjà comparer a l’univers de Lana Del Rey, ou encore de Lykke Li comment prend tu ces comparaison?

C’est drôle, c’est la première fois que j’entends parler de la comparaison avec Lana Del Rey ! Elle a en tout cas une superbe voix, et un vrai sens dramatique. Même si je ne suis pas en accord avec tout ce qu’elle défend, notamment via son personnage, je trouve qu’elle a quelque chose d’intriguant. Il y a quelques mois, tout le monde parlait d’elle, que ce soit pour l’encenser ou la critiquer ; c’est donc quelqu’un qui interpelle.

Quant à Lykke Li, je ne peux qu’être flattée, car je l’aime vraiment beaucoup. J’avais été véritablement frappée par son premier album, que je trouvais brillant ; le deuxième l’a aidée à construire ce personnage de jeune veuve noire que je trouve très beau. Elle bouge extrêmement bien, et compose elle-même, ce qui ne gâche rien. J’avais d’ailleurs fait sa première partie en 2011 et je l’ai vraiment vécu comme une étape importante ; c’est toujours impressionnant de passer avant des gens que l’on a admiré et écouté chez soi… Je pense qu’elle devient une vraie actrice avec le temps.

  •  Tes coups de cœurs de l’année qui vient de se terminer ?

J’en ai un énorme : Grimes. J’ai littéralement saoulé tout le monde cette année en parlant à qui voulait l’entendre de son album « Visions ». Non seulement c’est un des meilleurs de 2012 pour moi, mais tout me plaît chez elle : elle est autodidacte, elle est courageuse et défend une autre et belle idée de la féminité, elle est jeune et pleine de ressources…

J’ai aussi découvert et beaucoup aimé Aluna George, Kendrick Lamar, Frank Ocean, et Kate Boy.

  • Merci Christine, bonne chance pour cette année, en espérant te voir très vite sur les routes.

Merci beaucoup ! J’annoncerai bientôt la reprise de mes concerts…

Site Officiel

Digital EP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :