Rencontre avec The Bewitched Hands

colour-c-melanie-elbaz-1

Mais qui sont-ils ? The Bewitched Hands, un jeune groupe venu de Reims, la ville qui pétille, vibrant au sons rock depuis quelques années. Ils ont sortis leur deuxième album en 2012, successeur du très bon Bird And Drums le nouveau Vampiric Way. Nous sommes très heureux de vous les présenter en interview aujourd’hui avec nous :

  • Bonjour les Bewitched Comment se passe l’accueil de ce deuxième album pour vous en ce moment ? 

Bonjour. L’accueil se passe bien, nous avons eu des bons retours de la presse sur le disque, ce dont nous sommes ravis, car ce n’est jamais gagné d’avance sur un deuxième album…

  • Une petite présentation du groupe avant de commencer ? 

Nous sommes six, nous venons de Reims, nous existons depuis 2007. Nous nous étions réunis dans l’idée de faire un groupe à gros effectif et avec beaucoup de choeurs, une alternative bordélique à nos projets musicaux annexes de l’époque…

  • Pourquoi avoir appelé votre nouvel album Vampiric Way ? Pourquoi The Bewittched Hands ? 

Au fil de la création de l’album on s’est rendu compte qu’il y avait des thèmes récurrents dans les paroles, une sorte de mysticisme fun, qui culmine avec Westminster, et on a eu envie d’accentuer cette unité, par le biais de la pochette, de l’esthétique développée dans les clips, et du travail sur le concert de la cathédrale. Un côté mystique fluo, un peu série B sur les bords…
The Bewitched Hands est la formule raccourcie de notre nom originel, The Bewitched Hands on the Top of our Heads, qu’on a choisi parce que le côté alambiqué et psychédélique correspondait bien à ce qu’on faisait à l’époque…

  • Comment c’est déroulé la création de votre nouvel album Vampiric Way depuis le succès de Birds & Drums ? Avez-vous changé de méthode pour travailler ? Qui écrit les textes dans le groupe ? 

Effectivement cet album n’a pas été conçu de la même manière. Birds & Drums avait été fait en home studio, les morceaux ont été composés et enregistrés à différentes périodes et différents endroits. La création de Vampiric Way a été beaucoup plus resserrée, tant pour la composition que pour l’enregistrement, puisque nous sommes restés deux mois en studio à Paris. De plus l’apport de Julien Delfaud à la production n’est pas négligeable, c’est la première fois que nous bossions réellement avec une personne extérieure sur tout le processus, il a été un peu comme un septième membre du groupe, et en même temps son avis extérieur nous a parfois aidé à trancher, là où se mettre d’accord à six n’est pas toujours évident.
Pour ce qui est des textes, ça a toujours été le point faible du groupe,  au départ on était plutôt porté sur le phonétique, voire le yaourt, en tout cas sur des textes très, très simples, avec l’idée que ce soit musical avant toute chose… Aujourd’hui on essaie de plus écrire qu’avant, de développer plus. Pour l’album il y a eu un travail collectif autour des ébauches des uns et des autres, et nous devons une fière chandelle à Simon Ashcroft, qui nous a relu, corrigé et aiguillé en tant qu’oreille anglophone…

  • Comment expliqueriez vous, vous qui êtes de la scène Reims, que autant d’artistes émergents sortent de cette ville ? 

Disons qu’il y a toujours eu une scène musicale créative à Reims, mais durant des années, à part les Lionceaux dans les années soixante, il n’y a pas eu réellement de succès populaire d’un groupe au delà des frontières régionales. Ce qui se passe depuis quelques temps, c’est que le succès des uns galvanise les autres, et les expose un peu plus au regard des médias, c’est une sorte de réaction en chaîne…

  • Quelles sont les rencontres qui vous ont marqués depuis le tout début de l’aventure des Bewitched Hands ? 

Manu Barron et toute l’équipe de Savoir-Faire, Jean-Louis Brossard, Julien Delfaud, et tant d’autres, souvent liées à des périodes importantes pour nous… Revolver ou We Are Enfant Terrible, avec qui nos routes se sont croisés en Angleterre ou aux Etats-Unis…

  • Quels sont vos coups de coeur de cette année 2012 pour vous ? 

Le dernier Ariel Pink, Mac De Marco, Django Django, Melody’s Echo Chamber, Liars, Death Grips…

  • Avez-vous une date ? Un souvenir sur la route assez insolite que vous garderez en mémoire ? 

La date catastrophique de Sainte-Cécile des Vignes et ses 4 heures de balance, la coupure de courant sur scène au Transbordeur à Lyon…

  • On vous compare parfois à  Arcade Fire, de part l’énergie sur scène, et un rock semblable, comment vous le prenez ? Vous mêmes vous vous compareriez à un groupe ? 

C’est une bonne question, à laquelle nous ne saurions pas répondre… La plupart des groupes tendent plutôt à se singulariser qu’à suivre les traces de tel ou tel autre groupe, nous n’échappons pas à cette règle. D’autant plus que malgré les similitudes, on ne s’est jamais senti si proches que ça d’Arcade Fire, aussi flatteuse la comparaison soit-elle…

  • Des projets se dessinent pour 2013 ? 

Toujours plus de concerts, de nouveaux morceaux…

Merci à Marine de Savoir Faire de nous avoir permis de rentrer en contact avec le groupe.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :