Tournée Europavox à Lyon

DSC00402

© Great Mountain Fire

Après un concert salle comble à la Maroquinerie de Paris avec des avis partagés. Great Mountain Fire et Funeral Suits posaient leurs valises au Club Transbo de Villeurbanne, pas archi-rempli pour être honnête mais avec une bonne ambiance.

Les hostilités commencent avec en première partie les Salmon Fishers groupe local, lyonnais donc, avec un leader à l’allure d’un Luke Pritchard (The Kooks), pratiquant l’indie pop orchestral, très agréable en concert et nombreux sur scènes, c’est avec surprise que l’on découvre ce groupe, prometteur sans doute, avec un 3ème EP qui sortira début avril. On reconnaît en se groupe la folie musicale de Django Django, l’énergie scénique d’Arcade Fire, mais quand même propre à eux, la voix. Une belle découverte à suivre donc…

En deuxième partie de soirée, vers les coups de 21h45, c’est l’heure de découvrir les Funeral Suits qui viennent de sortir récemment un nouvel album. Disons le tout de suite, l’avis sur cette prestation est très agité. Dans un concert concentré sur le visuel vidéo, ne voyant quasiment jamais leur visage, derrière des grosses guitares et une voix éraillée cachant toute authenticité, cela montre un manque d’inspiration évident et de mélodies trop basiques. Tape oreilles, un mur de son électro trop important. Un groupe qui a eu du mal d’ailleurs à emporter le public avec lui. Concert moyen donc en attendant le tour de Great Mountain Fire

Arrive le dernier groupe de cette soirée, la salle légèrement vidé depuis le concert des Funeral Suits, c’est au tour de Great Mountain Fire de montrer ce qu’ils ont dans leurs sacs. Souvent décrit comme les « Phoenix » belges, on devait normalement s’attendre à quelque chose de ressemblant ? Ce fût le cas, en moins bien, mais c’était ça. Sans être déçu, le groupe quand même plus ouvert et généreux que le précédent, emporte peu à peu les quelque 300 personnes venue ce soir, vêtu de chemises de vacanciers, un groupe d’indue-pop rock agréable à écouter, pas à voir absolument sur scène, mais sympa malgré les ressemblances évidentes à trop de groupe actuel. Sans sortir de l’ordinaire, le public à moitié souriant, et de l’autre pressé de rentré se coucher. 23h30, c’est fini, pas un seul rappel de la part des groupes de ce soir, c’est sans une grande euphorie que se termine cette soirée Europavox, mais avec la satisfaction d’une découverte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :