Rencontre avec Bel Plaine

avatar_for_user_200722

Bel Plaine est un groupe d’indie pop made in France, finaliste du concours Ricard S.A Music quenous les retrouvons aujourd’hui en interview. Leur popularité grimpe et ils seront de passage à Paris au Point Éphémère le 21 février prochain. Une musique efficace, agrémentée d’une douce nostalgie folk. N’hésitez pas aussi à acheter leur premier EP « Present » ici!

  • Hello, vous pouvez vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

Morgan : Nous sommes Bel Plaine, groupe d’indie pop qui sort tout juste son premier EP autoproduit, « Present », enregistré dans une vielle ferme, l’été dernier dans le Lot. J’en parle car cet enregistrement sous le soleil correspond à la vraie naissance du groupe, à l’arrivée de notre ultime membre, et à l’un de nos plus beau souvenir de vacance et expérience musicale à chacun.

  • Pourquoi avoir choisi Bel Plaine comme nom du groupe ? Et pas Belle plaine ?

Je crois qu’on avait envie que notre nom ne sonne pas tout à fait français, qu’il puisse parler autant à des francophones qu’à des ricains. Nous sommes des français qui chantent en anglais, donc rien de plus logique. Il était hors de question de s’appeler « Starfishing », ou un pire encore… Quand j’ai pensé à l’expression « Belle Plaine », qui traduisait un tel effet de liberté et d’immensité, Antoine a suggéré d’enlever le « le » à la fin du « belle ». C’était une superbe idée.

  • Au centre du projet, il y a vos voix ; Antoine et Morgan. Vous parlez d’un « coup de foudre artistique et éthylique ». Cela signifie-t-il que votre projet est né suite à une soirée bien arrosée ?

Exactement, et quelle soirée ! C’était pour une fête de Jour de l’An, en décembre 2010. Antoine et moi, on ne s’était pas calculés de la soirée, puis au moment où tout le monde se disait au revoir, on a été forcé de se serrer la main. On s’est mis à parler de musique car le son qui passait nous plaisait à tous les deux. Dix minutes plus tard, on parlait déjà de se revoir pour faire de la musique. On s’est quittés, puis recroisés le lendemain par hasard sur un quai de métro alors qu’il se rendait à une fête organisée chez… moi, par mon coloc, alors que je n’étais pas au courant. On s’est revus le lendemain, et le jour d’après aussi… et c’est une histoire vraie.

  • Quel a été l’accueil de la part du public pour vous pour le moment ? Vous êtes contents ?

Oui, pour l’instant, on est plutôt satisfaits des retours. Les concerts faisant suite à la sortie de l’EP ne commencent que la semaine prochaine, avec notamment une date au Point Ephémère, le 21 février, avec nos potes de Mrs Good, et une autre le 9 mars à la Bellevilloise, donc on attend de voir les réactions du public maintenant que certains ont entendu les versions studio. Pour l’instant, les gens parlent de «fraicheur», d’ «été» et de «belle nostalgie». On est donc contents si notre musique met les gens de bonne humeur. J’ai moi-même des journées qui peuvent être sauvées par l’écoute d’un morceau qui me plaît alors si on peut avoir ce mini-pouvoir…

  • Vous avez des projets pour cette année ?

Oui, nous voulons continuer à nous marrer ensemble, à jouer ensemble, repasser du temps tous les cinq, loin, à la campagne, pour travailler les nouveaux morceaux et peut-être enregistrer un autre EP après l’été. Le groupe et les concerts nous font rencontrer plein de gens, tous le temps : des musiciens et techniciens avec qui nous travaillons, des gens qui viennent nous voir en concert et avec qui nous passons du temps à discuter et rire. C’est ce qui me plaît dans le fait d’avoir un groupe. Tout se lie. Tu peux être chanteur ou pianiste, avoir envie de faire de la photo ou du Kung Fu, et tes différentes capacités et désirs vont se mettre à rebondir les uns contre les autres pour engendrer la suite de ta vie.

  • Où est-ce que vous puisez vos influences dans le groupe ? Des artistes qui vous ont marqués ?

Les influences, elles sont partout. Les autres groupes nous influencent bien sûr. D’un autre côté, des cinéastes comme Rohmer peuvent nous influencer autant qu’une histoire d’enfance racontée par la grand-mère du batteur. Certaines de nos paroles ont été écrites à la vue de graphs de Banksy, d’autres après la lecture de poème de Rimbaud. C’est ça qui est excitant, la vraie vie te fait bouillonner autant que ton groupe préférer. S’il faut parler de musique et citer des groupes, on n’en finira jamais : l’un de nous te dira Neil Young, un autre Local Natives et un dernier te citera Gainsbourg. Ce qui ne signifie pas que nous sonnons comme ces artistes.

  • Pour le moment vous avez un EP, un album sera bientôt là ?

Aucune idée pour l’album. Cela dépendra de ce qu’il se passera dans les prochains mois. Il y aura au moins un autre EP avant la fin de l’année, c’est très certain. Et plein d’autres choses en attendant, remix, vidéos, versions alternatives, car nous aimons cela. Notamment un remix de «Summer Ends» par des producteurs suédois qui s’appellent Digalaux. Ces mecs sont des tueurs, et le morceau, qui sortira d’ici un mois je pense, va retourner ta playlist de l’été.

  • Un dernier mot pour la fin ?

J’aimerais appuyer le fait que Bel Plaine, ce n’est pas seulement 5 mecs qui font de la musique. C’est plutôt une entité regroupant plein de potes talentueux, créatifs, qui aiment travailler ensemble dans un projet mutuel car au final, il n’y a rien de plus épanouissant que de créer entre potes.

Merci au groupe et à Morgan d’avoir pris le temps de répondre à nos questions et à Maël de nous avoir mis en relation avec eux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :