BB Brunes au Trianon de Paris

© Crédit photo : BB Brunes – Reproduction interdite

Des lumières rouges et roses, des jolies filles se déhanchant, des airs romantiques se promenant à travers les enceintes, dans une célèbre salle de Pigalle, à quoi pensez-vous ?  Non, ce n’est pas le Moulin Rouge mais bien le Trianon. Oui, le Trianon vous avez bien lu. Taillés costard-cravate, ce sont les BB Brunes qui sont venus livrer un show sensuel, composé principalement du dernier opus  Long Courrier. Pendant plus d’une heure trente, les cris, d’une foule fémininement hystérique, se tiraient dans les graves à chaque mouvement de bras du chanteur Adrien Gallo. Ce dernier a troqué son costume de chanteur à groupies et a opté pour un style 80, plus Etienne Daho dont il est un grand fan.

Nos dandys parisiens à la plume amoureuse et aux musiques rétros n’en ont, pour le moins, pas oublier l’essence même du rock. Alternant les trois premiers albums et leur EP en anglais, le jeune groupe, déjà reconnu hors de nos frontières,  a déversé son charme sur le public qui ne se contenait plus de voltiger. Dans l’élégant antre du Trianon et de ses deux luxueux balcons, leur pop-rock n’a cessé de raisonner. Les brillantes mélodies, devenues des hymnes pour les fans, furent récitées sans la moindre erreur lorsqu’il leurs prêtait le micro le temps d’un refrain. Le fameux  Lalalove You , fit dandy-ner les spectateurs alors que  Dis-moi  excita toute la salle dès le premier accord.

Dans une ambiance strass et paillettes, les charmants rockeurs produisirent un spectacle haut en couleur. La reprise acoustique de « Le Gang »  ou « Nico Teen Love » permirent aux fans de reprendre leur souffle tandis qu’Au Garde à vous, morceau porté par le son du synthé de Raphaël, séduisit la foule. Raphaël Delorme, au look très kitsch, fit son retour dans la famille BB Brunes après avoir arrêté avant l’ascension du groupe. Enfin on découvrit Adrien,  jonglant entre noires et blanches sur son piano, alternant les titres français et anglais. Ce concert virevoltant se termina sur un duo surprenant avec le rappeur Oxmo Puccino sur  Lala Queen  et sur une pluie de confettis jaillissant des canons placés de part et d’autre de la fosse.

Chic, choc et charme, ce concert a eu le don de ravir tout le monde en prouvant que leur flamme rock brule toujours.

Publicités

À propos de felisk

le champ lexical est un enclos bien garni

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :