Rencontre avec Handcrafted Soul

Handcrafted Soul est un duo parisien de folk/rock s’inspirant de la culture populaire américaine. Formé à Paris en 2009, le duo nous emmène dans une culture des vieux morceaux folks des années 30 et 40 mélangés au Rock’n Roll des années 50 et de à pop des années 60. Fort d’un excellent premier maxi, le groupe nous fait aujourd’hui la gentillesse d’être avec nous le temps d’une interview afin d’en découvrir un peu plus sur eux.

par Julie Darfeuil 5

© Crédit photo : Julie Darfeuil

  • Hello Handcrafted Soul, vous pouvez vous présenter ? Parlez-nous un peu de vous, de votre histoire à vous deux, de la genèse qui a amener à ce premier maxi ? 

Nous sommes Mounir et Samia de Handcrafted Soul, nous avons fondé ce duo en 2009 un peu malgré nous, parce que c’était une évidence. Nous avons commencé par nous échanger des disques, des mp3s de musique américaine des années 30 à 60, on s’est rendu compte qu’on avait tout un répertoire en commun. On reprenait des chansons, pour rigoler, des chansons de ces époques ou on adaptait des morceaux d’aujourd’hui dans cet esprit là. Puis assez naturellement on s’est mis à écrire nos propres morceaux, on se sentait très inspirés.  On en a écrit une trentaine (même un peu plus maintenant) et on avait très envie d’en partager quelques uns, que ça ne reste pas dans un ordi ! C’est pour ça qu’on a auto-produit notre premier maxi.

  • D’où vient ce nom au fait ?

Handcrafted Soul, ça veut dire « l’âme artisanale », on trouvait que ce nom nous allait bien parce qu’on a commencé par tout faire par nous-mêmes. On écrivait nos chansons, on les enregistrait tous seuls, avec un ordi et un micro, on faisait aussi nos clips… Et même si maintenant on est un peu plus entourés, on garde cet esprit artisanal, on concocte chaque chanson avec le cœur.

  • Votre musique est très rétro… Nostalgique même ? 

Nous ne sommes pas du tout nostalgiques ! C’est juste qu’on se retrouve dans une esthétique des années 50 et 60, c’est un univers qui nous fait rêver et dans lequel on s’amuse. Mais on ne regrette pas du tout cette époque, on ne cherche pas à copier ou à être au plus près, ça ne marcherait pas de toute façon. On s’amuse juste à reprendre des codes, notre démarche c’est un patchwork de références qui fait au final quelque chose de moderne.

  • La composition, les textes, tout ça, qui fait quoi ? Vous marchez comment ?

On écrit toutes nos chansons à 2, on réalise nos clips à 2, on fait la direction artistique de nos concerts à 2… Bref on fait tout à 2 ! On se complète bien, dès qu’un de nous 2 a une idée l’autre rebondit dessus, c’est un ping pong productif. C’est une belle rencontre pour laquelle on se sent chanceux.

© Crédit photo : Julie Darfeuil

© Crédit photo : Julie Darfeuil

  • Vous êtes parisiens mais vous avez très vite pris les valises pour les Etats-Unis, parlez nous de cette expérience.

On aime beaucoup les Etats-Unis, ce pays a comme tous les autres des bons et des mauvais côtés mais on ne retiendra que l’aspect fascinant, les grands espaces et l’esprit des pionniers… On aime les défis, on s’est dit qu’on voulait se confronter au public qui avait vu naître le style de musique qu’on fait, et qui plus est pour qui l’anglais est la langue maternelle. On a envoyé des mails aux cafés concerts des villes où on comptait se rendre, on a eu des réponses positives et on a foncés. On garde un super souvenir de cette expérience, tant pour le road trip de New York à San Francisco que pour les rencontres ; plein de gens ont bien accroché sur ce qu’on faisait et on a pu jouer encore plus que prévu !

  • Question classique, pourquoi l’anglais ?

Samia : Parce que c’est venu comme ça, ça collait a ce qu’on écrivait et à notre style musical. En plus on aime vraiment la langue anglaise, Mounir a étudié les lettres anglophones à la fac, on lit énormément de littérature anglaise.

  • Vous nous préparez quoi pour cette année 2013 ?

On ne change pas nos habitudes, plein de morceaux inédits pour lesquels on a eu la chance de pouvoir être entourés et d’aller en studio cette fois. Des clips artisanaux sur lesquels on travaille en ce moment. Et plein de concerts, on continue notre tournée en France, on joue par exemples en première partie d’Olivia Ruiz à Rouen ou en co-plateau avec Sallie Ford en Bretagne. On a pas mal de festivals cet été.

  • Petit quiz maintenant, plutôt studio ou plutôt scène ?

Scène définitivement ! On aime beaucoup le studio, c’est magique d’écrire des chansons et de les entendre prendre forme ; mais la scène est l’aboutissement de tout ça, c’est un moment privilégié où on peut partager.

  • L’album indispensable pour vous ?

Plein, mais s’il fallait n’en citer qu’un, peut-être une compil qui s’appelle Anthology of American Folk Music, réunissant des titres enregistrés dans les années 30. Ça craque, c’est très mal enregistré, mais c’est une bouffée de sincérité qui fait du bien.

  • Les artistes qui vous ont le plus influencés ?

Là aussi il y en a un paquet, et de toutes les époques, de Chopin aux Black Keys ou Holly Golightly, en passant par Bob Dylan, Brenda Lee, les Beatles, Johnny Cash, Otis Redding ou les Shangri-Las.

  • Vous avez un petit rituel indispensable avant de mettre le feu à la scène ?

Non mais on aimerait bien ! On cherche toujours !

  • Vous avez ouvert les concerts des Brigitte, rétro vintage aussi, c’était comment ?

C’était fantastique de rejoindre ces grandes artistes sur une partie de leur tournée, dans ces belles salles en France. On gardera un grand souvenir de ces premières parties.

  • Justement qu’est ce qui vous plaît dans ce vintage et les sons rétro ?

Le fait que ça fasse rêver, qu’on contemple une période qu’on n’a jamais vécue, et qu’on est donc libre de la fantasmer, de la digérer et d’en faire autre chose. Et puis peut-être aussi le fait qu’on y sente plus de sincérité, des arrangements et des sonorités qui nous parlent immédiatement… et une classe que notre quotidien actuel ne peut plus se permettre.

  • Un dernier mot pour la fin ?

On est souvent sur les routes, on passera surement près de chez vous, venez !!!

Un grand remerciement à Mounir et Samia pour avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions.

Découvrez le groupe en tournée cette année dès le 13 mars en première partie de Olivia Ruiz au 106 à Rouen, le 28 mars à Villeneuve la Garenne (92), le 25 avril à Chatenay Malabry (92), au côté de Sallie Ford le 25 mai à Concarneau, le 31 mai à Saint Martin d’Auxiny (18), le 7 juin à Magny le Hongre (77), le 21 juin à la Garenne Colombe (92) et enfin à Dinard (35) le 22 juin prochain.

Télécharger l’EP sur iTunes

Réserver une place pour la tournée

Page Facebook

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :