David Bowie – The Next Day

Bowie hanté par sa jeunesse et William Burroughs

Bowie hanté par sa jeunesse et William Burroughs


The Next Day
, titre éponyme à celui de l’album, introduit avec brio celui-ci, marquant d’emblée la volonté du britannique de faire une rétrospective sur sa carrière en 14 morceaux. Le 26ème album studio de Bowie s’inscrit pour la première fois depuis 50 ans dans une certaine continuité, l’artiste ne réalisant pas une de ses habituelles transformations ou virage musical. The Next Day, reste un opus plus qu’audible, prouvant que malgré sa disparition de la sphère médiatique, et les rumeurs, David Bowie 66 ans passés, n’est toujours pas mort, et plutôt en bonne forme. Les auditeurs n’ayant que peu apprécié les années 80 Bowienne, trouveront peut être même en cet album un plaisir perdu depuis 30 ans, charmé de nouveau par les sonorités seventies rappelant vaguement un Ziggy Stardust et ses Spiders from Mars (1972), et surtout Heroes (1977) dont l’influence est affichée dès la pochette.
Première bonne surprise, la voix du chanteur n’a pas perdu de son éclat et de sa force contrairement à celle d’un Dylan vieillissant. Deuxièmement, l’album contient beaucoup plus d’énergie que le laissait supposer Where Are We Now, premier single dévoilé, le 8 janvier dernier, qui ne reflète pas les autres productions. Il se laisse d’autant plus apprécier, que cette balade mélancolique, et nostalgique marque une pause irréelle au milieu des autres compositions. The Stars (Are Out Tonight) est pratiquement indissociable de son clip, à l’esthétique non négligeable, présentant Bowie face à son alter-ego féminin, d’un âge opposé au sien, qui apporte une saveur supplémentaire à celle de la simple écoute. Valentine’s Day rappelle un Life On Mars voir un Starman, de par l’espace qu’occupe la voix de Bowie, son registre et son rythme. Suit I’d Rather Be High,et son refrain qui reste au creux de la mémoire et donne une sonorité à ce timide début de printemps, rendant la lueur solaire plus flamboyante, l’herbe plus verte, accompagnant ainsi les prémices à la saison estivale avec la douceur et la vitalité d’une brise des belles saisons. D’autres titres, à l’image de Dancing Out Of Space, tube qui aurait dû sortir il y a des années, ou How Does The GrassGrow ?, composition élaborée où David Bowie mène la danse sans être relégué au second plan, ou encore (You Will) Set The World On Fire, et ses guitares côtoyant le hard-rock, sont voués à devenir des hymnes à l’énergie débordante et à être entonnés par des milliers de gens hors d’haleine, lors d’un live, si Bowie nous réservait une dernière bonne nouvelle en daignant annoncer une date. You Feel So Lonely You Could Die, nous fait remettre les pieds sur Terre mais n’apporte pourtant aucune subtilité nouvelle, nous laissant terminer notre dégustation musicale par Heat, et son « And I tell myself : I don’t know who I am » laissant perplexe, et songeur.
Même marqués par la trilogie berlinoise (Low, Heroes et Lodger), chaque morceau évoque une époque différente. Personne ne se sentira délaissé par ce disque que l’on espère ne pas être le dernier d’une longue lignée.
A écouter à maintes reprises afin d’en sortir le plus de saveurs possibles et de les apprécier à leur juste valeur.
Dans l’attente de l’annonce d’une date, vous pouvez redécouvrir le personnage aux multiples personnalités lors de la rétrospective géante au Victoria & Albert Museum du 23 mars au 11 août 2013.

A retrouver sur : http://notedelouison.wordpress.com/2013/03/12/david-bowie-the-next-day/

Publicités

À propos de notedelouison

Plongée dans les images, l'art et la musique. Éparpillée entre plusieurs mondes, sur les festivals d'ici et d'ailleurs ... Rédactrice art et musique pour maze.fr Instagram : @notedelouison

Un commentaire

  1. Pingback: David Bowie – The Next Day | notedelouison

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :