Kaléidoscope – Posterboy Machine

Vous souvenez-vous de vos parties le samedi après-midi dans la grange de papa, où votre meilleur ami servait du jus d’orange sur un fond de vodka dans de petits gobelets? Maman apportait les crêpes à l’heure du, tant attendu, slow timide où les couples se formaient. Et au fond, sur l’air de Sandy de Grease, il y avait cet ami qui roulait fièrement sa première cigarette. Come-back dans les années où vos cheveux étaient encore en couleurs à l’aide de PosterBoy Machine.

Posterboy Machine

   Les derniers hommages au disco n’ont pas été le plus glorieux. En effet, Franck Dubosc et son film « Disco » ont même laissé une impression kitsch de ces années folles pendant que les anciennes gloires du mouvement ne cessent de produire des shows au prix exorbitant. Mais pour les nostalgiques des eighties, un nouveau son va accompagner la piste de danse lors de   vos cinquante bougies : celui de Posterboy Machine. On doit ce nom de scène au physique de Romain Muller, le chanteur des Vosges,  rappelant les posters gays du magazine Têtu. Celui-ci est accompagné de sa sœur, Wanda Moreno  avec laquelle il se partage le micro. Ce duo à paillettes, n’est pas sans réveiller les spectres des Rita Mitsouko lors de leurs années  extravagantes. Le single  Manuella  de l’album Kaléidoscope prévu pour le mois d’avril est sans aucun doute un clin d’œil hispanique à Catherine Ringer.  Un tempo très rétro, incarnant les pulsations des spots multicolores, sert de fond sonore à des paroles déjantées et trashs comparables à celle de Sexy Sushi.  Kaléidoscope succède à un disque très rock et pêchu qui mélangeait la boule à facettes et le blouson de cuir nommé Névrosé de Luxe. Dès les premières notes de ce dernier bijou dansant, on se sent invité dans un monde parallèle où la coupe afro est portée par le président entouré de ces Claudettes.  Avec son déguisement doré se terminant en pattes d’éléphant,  il se déhanche sur La danse de nos Posterboy Machine. Machine. Baby doll Forever aurait pu espérer une place dans le fameux Hit Machine que nous remémore sans cesse W9. Les yeux remplis d’étoiles causées par les drogues, notre jeune génération appréciera aussi ce son planant lors de leurs délires psychédéliques tandis que leurs parents floueront leurs visions d’heureuses larmes nostalgiques. Rouge à lèvre conclu cet opus comme il conclurait la préparation physique d’une jeune adolescente avant d’aller se trémousser en discothèque. On n’en demandait pas moins, nous on est déjà sur notre 31.

   Posterboy Machine est en lice pour les demi-finales des InRocks lab de la région Nord-Est. Vous pouvez dorénavant voté pour eux ici. Les 3 artistes les plus plébiscités joueront le 25 avril prochain à l’Aéronef à Lille pour les demi-finales alors tous à vos cliques pour avoir la chance de se déhancher lors d’un de leurs concerts. Ils organisent en plus une release party le 22 mars à l’International. Allons mener la danse!

Publicités

À propos de felisk

le champ lexical est un enclos bien garni

Un commentaire

  1. Cyrworld

    Entre disco psychédélique et new wave ,a voir sur scene le resultat .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :